Accastillage Diffusion Montpellier

L’amicale franchi le Cap Horn

La Rencontre à Thème du 27 avril 2012 avait prévu de nous faire voyager très loin, en Terre de Feu, dans l’extrème sud de l’Argentine et du Chili, entre les grands glaciers et le Cap Horn. Pari tenu, avec la captivante conférence de Jean Maxime Anus, qui nous a fait partager son expérience de ce qui ressemble plus à une aventure qu’à un voyage d’agrément, illustrée par de belles et impressionnantes photos.

En introduction à cette présentation, nous avons eu le plaisir de remettre, en présence de Monsieur le Maire Christian Jeanjean, et des élus Arlette Coussy et Michel Rozelet, un chèque de soutien au nom de l’Amicale des Plaisanciers à Michel Roux, président de la station SNSM de Palavas-les-Flots, ainsi qu’au skipper du voilier Kala Maya ( encore Jean Maxime Anus ), qui représente l’amicale dans les régates de la Baie d’Aigues Mortes. Ces gestes, même si le montant reste modeste, veulent traduire à la fois notre reconnaissance et notre intérêt pour ceux qui sont en alerte permanente pour nous porter secours, et ceux qui s’engagent dans d’autres activités avec le soucis de porter les couleurs de notre association.

Vous trouverez ci après le récit du voyage de Jean Maxime, et en pièces jointes, quelques photos de cette soirée, et du périple au pays d’Ushuaia.

Daniel Gachot

CAP HORN Conférence

Le 28 janvier 2012 nous embarquons sur KEKILISTRION, cotre de 12m très confortable.  GV, génois, trinquette.

Après les formalités de sortie d’Argentine aux affaires maritimes, nous quittons la baie d’Ushuaia par un beau soleil et peu de vent. T° 16°en fin de matinée.

Nous nous dirigeons vers Porto Williams (25 miles) afin de faire les formalités d’entrée au Chili. (Tampon à 18h)

Départ à 19h vers Porto TORO (25 miles) où nous arrivons vers 23h30. Avançons rapidement vers le Horn, car coup de vent annoncé dans 48h.

Dès ce premier jour, nous avons barré à tour de rôle.

29 janvier : Faisons 59 miles de Porto Toro à l’Ile Hermite avec vent de face, pluie, grêle, 30 nœuds de vent pour nous mettre dans le bain.(trinquette,1/2 génois, 3 ris gv.

J’ai l épaule défoncée.

Mouillage avec 2 bouts à terre dans crique. Nuit calme.

30 janvier : La vigie sur le Horn nous annonce 50 nœuds. Notre skipper « Popof » nous propose une ballade sur l’ile.

Le Horn sera pour demain peut être.

31 janvier : Départ vers le Horn, je barre au départ relayé par Philippe.

Nous arrivons par l’Ouest (côté Pacifique) vent de 25 nœuds, rafales à 30, creux de 2m environ. Mer antracite,rocher à moitié dans la brume, nous sommes à 0,80 miles. T° de l’eau 4° et extérieure 6°.

A 10h2O, nous sommes à l’aplomb du Horn et à la séparation des eaux. 55 58 47 Sud 67 17 21 00 0uest

Un albatros vient nous survoler.

Photos, bouteille de champagne.

Nous perdons notre bouée et notre perche enlevées par une vague.

Ce sera la seule fois où nous mettrons nos harnais.

Il y a plein de cailloux autours.

Nous sommes maintenant dans l’Atlantique, nous contournons l’ile et au pied du débarcadère, la mer est calme, ce qui nous permet de descendre à terre. Nous avons de la chance bien qu’accueillis par un orage de grêle. Des algues près du mouillage.

Sur le rocher, il y a une famille qui surveille, tamponne les documents etc… C’est un poste militaire.

Nous quittons ce lieu mythique et traversons la baie de Nassau par un temps épouvantable : orages sur orages entre coupé de soleil. Rafales à 45 nœuds, pluie, grêle , éclaires etc…3 ris, trinquette, surfe à 9,3. Philippe à la barre. Chapeau. Dantesque.

Arrivée à Porto Toro à 22h 15. 70 miles aujourd’hui.

1er février : Un équipage nous ramène bouée et perche récupérées au cap Horn. Popof avait averti les autorités chiliennes.

Visite de l’ile.

10 miles au moteur pour se mettre à l’abri aux iles Holger pour la nuit.

Dégustons notre premier gigot sur lit de patates.

2 février : Départ pour Porto Williams pour autorisation d’aller dans le canal de Beagle vers les glaciers.

En route vus otaries, manchots, cormorans. Arrivés en fin de matinée et prenons notre première douche depuis 6 jours.

Départ vers 15h en direction de l’Ouest. Vent fort, longeons la cote argentine. Papy nous fait des crêpes.

Mouillage à l’ile Martinez (prés de Porto Navarino)

3 février : Mouillage et déjeuner chez des chiliens. (ile Hoste)

Départ à 22h, vu le vent pour s’avancer vers les glaciers.

Arrivé à 2h du matin à Cala Olla pour mouillage et passer le reste de la nuit.

4 février : Neige, soleil, pluie, soleil, vent fort, descente à terre, ramassé 2 « pointes de flèche d’indiens sur berge » ??.

Restons au chaud : lecture, apéro comme tous les midis et soir, repas.

5 février : Départ 4h20 Vent fort dans le nez à partir de 9h (fichier grib) Pluie, 1er glacier à 5h30. Vu glacier « Romanche ».

Navigation dans le canal, vu souffles de baleine.

Fiord Pia qui a 2 bras et des glaciers aux extrémités. Naviguons au milieu de groleurs de petites tailles. T° de l’eau 2,9° et extérieure 4,6°.

Temps de chien. Mouillage de bonne heure.

6 février : Filons vers le fond du fiord, voir 3 glaciers en arc de cercle. Repas au milieu des glaces. Epoustouflant.

Filons vers le Ventisquero Espana difficile d’accès car peu de fond et beaucoup d’herbe pour voir le dernier glacier de notre périple.

Mouillage avant le glacier. Nuit calme au milieu des glaces.

7 février : Toujours vers un nouveau et dernier glacier.

Au retour vu des soufflent de baleine dans le Canal.

Visite des gardes cotes argentins et mouillage pour la nuit sur l’ile Gordon (crique El Gorro).

8 février : Retour vers Porto Williams sous un déluge, vent dans les rafales à 40 nœuds (nous y sommes habitués), Philippe se régale à la barre. Vitesse supérieure à 7 nœuds. Nous tirons des bords dans le Canal, vent de face. Le Top.

Remouillage aux Iles Martinez, côté nord est.

9 février : Coup de vent violent dans la nuit. Popof en veille. Barre difficile à tenir, on roule beaucoup, au bout d’une heure, je repasse celle-ci à Philippe.

Arrivons à 15h à Porto Williams pour les formalités de sortie du Chili. Après la douche soit 7 jours depuis la précédente, nous attendons 18h pour le cachet sur les passeports.

Un coup de vent étant annoncé pour le lendemain, nous quittons le port à 21h.

10 février soit 14 jours de navigation : Nous arrivons à Ushuaia à 2h du matin, accueillis par la douane argentine qui monte à bord, nous ferons notre entrée officielle dans la matinée aux  affaires maritimes.

Dernier apéro et repas à bord.

Soit 485 milles par tous les temps.

Commentaires :

Habillement de quart obligatoire de la tête aux pieds et mains.

Bateau confortable, mais cockpit petit pour 6.

Nourriture bonne et abondante. Vins à discrétion.

Regrets : pas d’anémomètre. Aucune initiative possible.

Jean Maxime
Anus

 

Cliquer sur les photos pour les agrandir

.

Commentaires fermés