Accastillage Diffusion Montpellier

Rencontre à thème du 28 Mars 2014

Le gréement des bateaux de croisière à surveiller …

Vendredi 28 mars 2014, à 18h, au Cercle Nautique de Palavas, la seconde Rencontre A Thème de l’année a traité du gréement des bateaux à voile. Gilles et Florian RIVAS de Rivas Yachting, shiplander sur le Port de Palavas, ont abordé les différents types d’embarcation avec leur gréement, les réglages et l’entretien de ces éléments techniques d’un bateau à voile.

Présentation du matériel

* Les différents types de gréement ont été rappelés par Florian, à savoir : gréement en tête, fractionné (7/8e ou 9/10e), implanté sur le pont, traversant/implanté sur la quille. Les barres de flèche constituent les éléments incontournables à la tenue du mât : en fonction de la hauteur du mât, on trouve 1, 2, 3 étages de barres de flêches ; nous avons des barres de flèche perpendiculaire à l’axe du bateau ou poussantes (angulées vers l’arrière)

Quant aux câbles qui maintiennent le mât, on distingue le gréement longitudinal (étai, pataras, …) et le gréement latéral (barres de flèche)

  • le pataras permet le réglage du cintre du mât (avec palan ou ridoir) et donc il agit sur la tension de l’étai
  • l’étai est un câble sur lequel est endraillée la voile d’avant ou l’enrouleur
  • l’étai de trinquette (sur bateau > à 40 pieds), en câble ou en textile, supporte un petit foc
  • le bas étai sur les gréements en tête de mât maintient le mât à partir du 1er étage de barres de flèche
  • les bastaques en lien direct avec l’étai ou l’étai de trinquette sont 2 cables ramenés sur des winchs pour tendre le cable au vent (le cable lâché sous le vent permet de passer la bôme)
  • le galhauban est le câble extérieur passant dans les barres de flèche
  • le hauban intermédiaire, appelé aussi diagonale se trouve au dessus des barres de flèche
  • le bas hauban part des barres de flèche pour aller sur le pont
  • enfin le guignol (sur anciens bateaux ou catamarans), installé sur les gréements fractionnés, a une forme de trapèze au dessus des barres de flèche

1er constat : de la longueur du câble utilisé dépend la longueur de l’allongement du câble

* Les différents types de cables sont abordés ci dessous :

  • les monotorons (1×19) équipent 90 % des bateaux
  • les cables extra-souples (7×19) et les cables souples sont utilisés pour les palans (pataras)
  • les dyform (1×7 et 1×19) sont placés sur les bateaux très performants car ils ont peu d’allongement
  • le Rod est un rond d’inox qui a beaucoup moins d’allongement qu’un câble
  • le PBO est le câble d’avenir à zéro allongement. Ce textile craint les UV et sont utilisés avec une gaine de protection

2e constat : l’allongement d’un câble a lieu quand il se dévrille

* les terminaisons de câble et les embouts

  • embout canne ou té
  • embout œil
  • chape et chape articulée dans les 2 sens (côté et AV/AR)
  • boule coquille ou boule coupelle (pataras)
  • ridoirs à cage fermée ou ouverte sont en général en bronze chromé

3e constat : le sertissage est effectué par des machnes spéciales ou il est effectué manuellement sur place. Ce dernier est très résistant car le cable n’est pas dénaturé et ne comporte pas de point de faiblesse.

Réglage du gréement

Il existe plusieurs méthodes de mesure de la tension des câbles

La méthode manuelle (un double mètre, 1 rouleau de bande adhésive, un pied à coulisse). Lâcher tout le réglage, puis à partir du serrage 0 à la main, on applique dans cet ordre : 1. On pré-règle, 2. on navigue, 3. on règle

4e constat : Un millimètre d’allongement équivaut à 5 % de la charge à la rupture

Vérification avec la bôme : même hauteur d’un côté et de l’autre (mais il y a un décalage dû à la poulie en tête de mât non centrée)

Réglage du mât : en latéral ; puis la quête (angle entre le mât et la verticale) : pour un bateau de 10m, reculer la tête du mât de 20 cm en AR  correspond à un angle de 1 à 1,5° ; ensuite les galhaubans (mât vers l’AV) et enfin les bas haubans (mât vers l’AR)

La validation des réglages se fait bien entendu sous voiles.

Ces réglages très techniques et d’une grande précision nécessitent très souvent l’intervention de spécialistes.

Entretien du gréement

* Après une sortie, bien rincer les ridoirs, vit de mulet et le pied de mât

* Chaque année, vérifier l’état des ridoirs, du vit de mulet, et contrôler les réas de bôme et de mât ainsi sur l’ancrage des haubans

* Il est recommandé de changer le gréement tous les 10 ans

 

Une longue séquence de questions/réponses s’est poursuivie par des échanges avec les très nombreux participants. Le verre de l’amitié a conclu fort agréablement notre soirée.

Nous adressons tous nos remerciements à Florian et Gilles RIVAS qui ont apporté un éclairage très technique et précis sur les gréements des bateaux de croisière.

A tous, nous vous donnons rendez-vous le 25 avril 2014, pour notre prochaine Rencontre à Thème. Le thème vous sera communiqué ultérieurement..

Commentaires fermés